Réussir en Freelance : Alexis Minchella sort LA bible pour durer et bien gagner sa vie !

Alexis Minchella est un protagoniste incontournable de la scène Freelance Française. On l’a connu via le podcast Tribu Indé, au travers duquel il part à la rencontre d’indépendants qui partagent leurs stratégies et clés de succès pour réussir en Freelance. En 2020, il s’est lancé dans l’ambitieux projet d’écrire un livre sur le Freelancing, qui vient tout juste de sortir. “Freelance : L’aventure dont vous êtes le Héros” se veut le permier livre qui vous apprend à construire votre offre, mieux vendre et kiffer votre aventure freelance ! Alexis est un ami cher au Hub, aussi avons-nous voulu en savoir plus et échanger avec lui sur cette importante étape et plus largement sur le Freelancing et le “Future of work” !

Bonne lecture (temps de lecture 10 minutes) !

A propos de ton livre

 

1/ Salut Alexis, tu sors en ce début d’année (et à 27 ans !) ton premier livre autour du mode de vie Freelance. Peux-tu nous présenter le projet ?

Salut Margaux, oui bien sûr ! Mon 1er livre “Freelance : L’aventure dont vous êtes le Héros” est sorti le 14 janvier 2021 aux Éditions Eyrolles. J’ai passé une bonne partie de l’année 2020 à réfléchir et écrire ce livre.

En travaillant le positionnement du livre, je me suis aperçu qu’il y avait très peu de livres traitant du freelancing sous l’angle business (hors administratif ou choix des statuts par exemple). Or, la simplicité des démarches administratives (c’est une chance en France) n’a rien à voir avec le quotidien des indépendants. Tout le monde parle de l’eldorado des freelances, des nouveaux modes de travail et de l’explosion du freelancing. Mais peu de personnes s’intéressent à la réussite financière des freelances qui se lancent. Une fois lancé, qu’est-ce qu’on fait ?

Là-dessus, les chiffres sont bien difficiles à trouver, mais je suis allé chercher quelques réponses du côté de l’INSEE. Pour résumer une de leurs études, 3 ans après la création de leur statut (auto-entrepreneur), 7 indépendants sur 10 ont quitté les rangs entre temps. Et moins de 2% des indépendants gagnent plus de 2 150€ (après 3 ans d’activité !). Quand on connaît nos charges, après 3 ans d’activité, c’est finalement assez peu.

Mon livre vient donc adresser tous les sujets business que les indépendants doivent comprendre et maîtriser pour sortir du lot et bien gagner leur vie en freelance ; construire une offre claire, se positionner, trouver des clients, négocier avec son client, fixer ses prix, rédiger une proposition commerciale, gérer sa relation client… et j’en passe !

 

2/ Qu’est-ce qu’on se dit quand on a un projet pareil à réaliser et quelle a été ta méthode ?

Très bonne question (rires) ! Lors de la préparation de ce projet, j’ai discuté avec de nombreux auteurs pour justement comprendre leurs processus, leurs organisations et leurs méthodologies respectives. Et pourtant, rien ne te prépare vraiment à un projet comme celui-ci.

Comme chacun de mes projets, je l’ai abordé de façon méthodique en découpant les grands moments de création (thèse du livre, construction du plan, recherches, phases d’écriture et de relecture, choix du titre, …). En bon maniaque, je “traque” mon temps depuis des années, et j’ai passé plus de 500 heures sur le livre. Il m’a donc fallu réorganiser tout mon emploi du temps pour me laisser le temps d’avancer sur ce livre.

J’ai donc diminué mes projets clients, mis en pause pendant quelques mois le podcast Tribu Indé et refusé de nombreuses opportunités et partenariats pour être pleinement concentré sur mon livre.

 

3/ As-tu rencontré des difficultés ou des phases critiques ?

Bien sûr ! Ce serait te mentir que de te dire que tout s’est bien passé. Quand tu te lances dans l’écriture d’un livre, tu as le temps de douter 100 fois. Lorsque tu travailles sur un épisode de podcast, le temps entre la préparation de l’épisode et sa sortie est de quelques semaines au maximum. Sur un article, il peut se passer quelques jours. Tu as donc moins de temps pour douter et remettre en question ce que tu es en train de faire (voir abandonner !).

Dans le cadre de mon livre, j’ai passé des mois à réfléchir à la thèse, son positionnement et sa structure. Puis des semaines à écrire tous les jours, relire, corriger, réécrire. Tu as donc plein de moment de doutes, où tu te demandes si tu as fait le bon choix de te lancer dans un projet aussi ambitieux. Seth Godin, un des maîtres du marketing aujourd’hui, parle du “Dip” (il en a même fait un livre). Ce “creux” dans un projet, c’est le moment où la plupart des gens abandonnent. Or si tu veux mener à bien des projets ambitieux tu es obligé de dépasser ce creux pour remonter la vague de la création. Personnellement, il y a deux choses qui m’ont aidé à garder la motivation et le courage d’aller au bout :

  • Le groupe incroyable de bêta-lecteurs : 30 indépendant•es (dont tu as fait partie !) m’ont suivi dans les coulisses de la création dès le début. Ces soutiens m’ont permis de ne pas lâcher, de confronter mes idées et d’avancer pas à pas
  • Mes différentes routines pour réfléchir, écrire, relire et travailler sur tous les sujets annexes à l’écriture. Je ne crois pas vraiment aux coups de génie ou à l’inspiration. Si j’avais écris seulement lorsque j’étais inspiré, alors ce livre n’aurait toujours pas vu le jour ! (rires). Je crois beaucoup plus à la mise en place de routines qui conditionne notre esprit et notre cerveau pour créer consciemment sur des plages de travail données.

 

4/ Dans ton processus d’écriture, tu as énormément tablé sur la co-création et l’implication de ta communauté. On peut dire que ce livre a quasi été créé collectivement même si c’est toi qui avait les doigts sur le clavier ! C’est assez novateur, qu’est-ce qui t’a amené à prendre ce chemin et qu’est-ce que cela t’a apporté ?

Aujourd’hui, je consacre mon temps et mon énergie sur deux choses :

  1. Mes projets clients ; je suis moi-même freelance en copywriting
  2. Tribu Indé ; le podcast référence pour les freelances, la newsletter, le livre, des événements, …

Le freelancing reste quelque chose de solitaire au quotidien. À l’inverse, j’ai pensé Tribu Indé comme un projet collectif dès le jour 1. Le podcast est un podcast d’interviews, dans lequel j’ai rapidement voulu créer des conversations avec la communauté pour les inclure au maximum dans le projet. Pour le livre, je voulais absolument trouver un moyen d’inclure la communauté Tribu Indé !

L’écriture d’un livre est quelque chose de solitaire. Généralement, voici comment ça se passe : l’auteur annonce qu’il va se mettre à écrire un livre. Il s’enferme pendant 1 an, sans trop communiquer. 1 an plus tard, il annonce que le livre sort. Je voulais prendre le contrepied de ça et réfléchir à une création plus collective de ce livre. Dès le départ, j’ai toujours eu l’ambition d’en faire un livre référence pour tous les indépendants. Or, le meilleur moyen d’atteindre cet objectif, c’est bien de co-construire ce livre avec d’autres indépendants pour m’assurer de la cohérence de mes idées et de mes concepts.

J’ai donc eu l’idée de proposer à 30 indépendants de m’accompagner dans les coulisses du livre. Nous avions un groupe Facebook pour échanger, et j’organisais des sessions sur Zoom régulièrement pour avancer sur le projet (choix du titre, couverture, discussions avec mon éditeur, phase d’écriture, …). Et surtout, ils m’ont aidé sur la relecture du livre ! Chaque indépendant•e avait entre 1 et 3 chapitres à relire.

Avant même d’envoyer le manuscrit à mon éditeur, j’avais déjà produit 4 versions du livre avec un fond beaucoup plus abouti que si j’avais été seul sur la relecture du livre. C’était un choix stratégique de pouvoir m’entourer d’autres indépendants pour avoir la meilleure qualité possible sur un livre business qui s’adresse aux freelances.

5/ Pour donner envie à nos lecteurs, une question piège : qu’est-ce qui va faire la différence entre un Freelance qui aura lu ton livre et un autre qui ne l’aura pas lu ?

J’adore cette question ! On pense souvent à tort que les meilleurs freelances sont les plus experts sur leurs domaines de compétences. De ce fait, on peut vite faire le raccourci suivant : “j’ai des compétences qui peuvent avoir de la valeur pour mes clients, je me lance en freelance, je vais forcément réussir”. En réalité, c’est plus compliqué que ça. Nos compétences métiers sont une base obligatoire. Mais ça ne suffit plus pour sortir du lot, travailler avec des clients qui ont les mêmes valeurs que nous et bien gagner sa vie en freelance.

Aujourd’hui, il faut maîtriser de véritables compétences business.

  • Comment se construire une vision à long-terme ?
  • Comment se positionner sur un marché concurrentiel ?
  • Comment bien s’organiser lorsqu’on n’a plus de managers derrière nous ?
  • Quels sont les modèles qui marchent pour trouver ses clients ?
  • Comment définir un prix juste pour soi et pour ses clients ?
  • Comment convaincre son client qu’on est la bonne personne pour l’aider ?
  • Comment augmenter sa crédibilité pour mieux vendre ?

Tous ses sujets (et bien d’autres), je les aborde de manière pragmatique dans le livre, en partageant des concepts et des idées qui ont fait leurs preuves pour moi, comme pour des centaines d’autres indépendants. Dedans, tu ne trouveras pas de recettes magiques, mais des méthodes qui fonctionnent. Les lecteurs et lectrices gagneront des mois voire des années sur tous les sujets business liés à une activité de freelance.

 

 

Trois questions plutôt prospectives car on adore ça !

 

6/ Ce livre va être une source d’inspiration et une bible méthodologique pour de nombreux néo-freelances : tu apportes une véritable pierre à l’édifice du future of work ! Que penses-tu de ce shift des mentalités vis-à-vis du travail indépendant ?

Effectivement, le travail indépendant est beaucoup mis en avant depuis quelques années. Je le sais bien puisqu’avant de me lancer à mon compte, j’ai travaillé dans les coulisses d’une plateforme de freelances… J’ai l’impression qu’aujourd’hui, de plus en plus de personnes rejettent la hiérarchie telle qu’on la concevait il y a 30 ans. On aspire tous à plus d’autonomie, de flexibilité et de liberté dans notre quotidien. Et ce, quel que soit l’âge ! La quête de sens est également omniprésente. Et le freelancing est un mode de travail alternatif qui casse avec les codes plus traditionnels du salariat.

Les entreprises prennent aussi conscience de l’importance de travailler avec des freelances pour mener à bien leurs projets. Et de ce fait, le freelancing n’est plus vu comme le caprice d’une génération pourrie gâtée, mais comme une approche sérieuse et crédible du travail, au même titre que le salariat.

 

7/ C’est rigolo de voir que le digital amène désormais au papier : c’est en te créant une légitimité en ligne et notamment via un support très nouveau – le podcast – que tu as eu cette opportunité incroyable. Que penses-tu de cette inversion des tendances ?

Effectivement, lorsque j’ai créé le podcast Tribu Indé en mars 2019, il n’y avait pas de podcasts pour les freelances. Bien sûr je n’étais pas le premier à créer un podcast, mais j’ai profité comme beaucoup de créateurs de l’engouement général pour ce nouveau medium.

Ça semble contre-intuitif de passer des centaines d’heures à écrire un livre en 2021. On a cette impression que tout se passe désormais sur Internet, avec du contenu en ligne. Avec Tribu Indé, pour chaque nouveau projet, je me demande toujours comment je pourrai proposer quelque chose de nouveau et différent par rapport à tous les contenus qui existent sur le freelancing.

C’est comme ça que le podcast est né. C’est aussi en réfléchissant de cette manière que Les Breaks Indés (des micro-conférences de 15 minutes pour les indépendants) a eu un engouement incroyable sur 4 jours.

Lorsque je me suis lancé sur ce livre, j’ai eu la même démarche ; me différencier de tous les autres créateurs et créatrices en me lançant sur un projet où personne ne m’attendait. Écrire et publier un livre me permet aussi de me créer une légitimité et une crédibilité supplémentaire sur les sujets liés au freelancing et au business indépendant. Je créé une barrière à l’entrée et un point de différenciation évident !

 

8/ Au-delà du Freelancing, c’est toute une nouvelle économie, celle des créateurs, qui se met en place, et c’est assez fou ! 2020 a été très révélatrice de cette tendance, quel est ton point de vue là-dessus ?

Tu sais, j’associe le 1er confinement à toute cette tendance des newsletters payantes que l’on a vu émerger en France. Le 2ème confinement est synonyme pour moi des memberships, ces abonnements mensuels pour faire partie d’une communauté.

Aujourd’hui, il n’a jamais été aussi simple de créer des projets sur Internet et de pouvoir les monétiser grâce à tout un tas d’outils sur Internet. Et en même temps, il n’a jamais été aussi difficile de sortir du lot et de se différencier de la masse de contenus existante. En résumé ; des barrières à l’entrée de plus en plus faible, mais une concurrence toujours plus concentrée !

Je te parlais tout à l’heure de flexibilité et de liberté dans le freelancing. En tant qu’indépendant, j’ai une chance incroyable de pouvoir bien gagner ma vie en travaillant sur des projets clients que j’ai choisi. Et en même temps, je me dégage du temps pour travailler sur des projets personnels qui me permettent au fil des mois (et des années) de diversifier mes revenus et de tester des business models sans prendre de risques.

Le freelancing est le premier pas dans le monde de l’entreprenariat, et j’encourage tout le monde à tester ce mode de travail au moins une fois dans sa vie, si leurs compétences et leurs situations le permettent.

 


• Tribu Indé est sur Instagram depuis quelques mois : https://www.instagram.com/tribuinde/
• Vous pouvez me contacter sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/alexis-minchella/
• Ou découvrir l’univers de Tribu Indé : https://tribuinde.com/

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *