La retraite, c’est pas si loin ! Comment ça se passe pour les Indépendants ? Marie Janoviez, CMO de Caravel

On a découvert Caravel, une solution de plan épargne retraite individuel en ligne, un peu par hasard au détour d’un post LinkedIn, est on s’est dit “Tiens tiens ! Un sujet qu’il serait intéressant d’aborder au sein du Hub Nomade“. Parce qu’on parle ici beaucoup d’alignement, d’épanouissement et d’équilibre, mais jamais beaucoup de ce qui sous-tend la possibilité de le faire : avoir suffisamment de revenus pour bien vivre au quotidien et assurer un avenir confortable. On a donc rencontré Marie Janoviez, CMO de Caravel, afin qu’elle nous explique les tenants et les aboutissants de la retraite en tant qu’Indépendant et de pourquoi il est intéressant de souscrire un plan épargne retraite suffisamment tôt. 

Bonjour Marie ! Pour la majorité des indépendants, la retraite, ça parait loin !

Peux-tu nous expliquer comment en tant que micro-entrepreneur, on cotise au système de retraite ?

Ça paraît loin et c’est normal, on a beaucoup d’incertitudes et c’est compliqué de se projeter.

Aujourd’hui en tant que micro-entrepreneur on cotise aux régimes obligatoires (général et complémentaire) à partir du moment où on réalise un minimum de CA.

Les cotisations pour la retraite sont incluses dans le package de 22% que vous payez à l’URSSAF. L’URSSAF s’occupe de redistribuer directement aux organismes auxquels vous êtes affiliés selon la nature de votre activité (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, CIPAV,…).

Les montants minimums de CA à réaliser pour valider des trimestres de retraite.

 

Pourquoi ce n’est pas suffisant ?

La bonne nouvelle donc, c’est que si vous remplissez les conditions nécessaires, vous cotisez pour votre retraite en tant que micro-entrepreneur. Malgré tout, on constate aujourd’hui qu’un indépendant qui part à la retraite perd en moyenne 60% de ses revenus.

Déjà parce qu’il existe des plafonds : même en cotisant toute votre vie avec de bons revenus vous ne toucherez pas plus de 1714€/mois par le régime général. Mais aussi parce que même en cumulant des emplois, des statuts, vous ne validez jamais plus de 4 trimestres par an.

Ensuite parce que le taux plein correspond seulement à 50% de la moyenne de vos revenus. Et aussi parce qu’avec tout ce qu’il se passe en ce moment, on ne sait pas vraiment ce à quoi on aura droit le jour où on arrêtera de travailler.

Enfin parce-que contrairement à un salarié vous n’avez pas un employeur qui cotise pour vous ou, qui vous a ouvert un compte épargne entreprise.

 

Qu’est-ce qu’un système de retraite complémentaire et pourquoi c’est intéressant ?

Un système de retraite complémentaire comme on le propose avec Caravel c’est un système de retraite volontaire.

Vous cotisez à titre individuel, depuis votre compte personnel ou professionnel afin de vous générer des revenus complémentaires pour la retraite.

L’avantage c’est que peu importe les réformes, vos cotisations sont individuelles et personnelles. Votre argent est placé afin de vous générer des intérêts et de le faire fructifier d’ici à votre retraite.

Et en plus avec Caravel vous financez des causes qui vous tiennent à cœur.

 

 

Y a-t-il des avantages fiscaux ? Si oui, comment les appliquer ?

Oui, cotiser pour votre retraite vous permet de bénéficier d’avantages fiscaux. Les cotisations peuvent être déduites de votre impôt sur le revenu ou de votre impôt sur les sociétés (selon le statut sous lequel vous exercez). On dit qu’elles sont déductibles.
Testez par vous-mêmes avec le simulateur fiscal TNS.

 

Quelle est la différence avec l’assurance vie ?

La principale différence se situe sur l’objectif : votre retraite complémentaire sera bloquée (sauf exceptions) jusqu’à votre retraite. Les cotisations sont déductibles (comme vu précédemment) ce qui n’est pas le cas avec une assurance-vie.

Mais il est intéressant, quand on le peut, de diversifier son épargne selon ses objectifs d’investissement et le terme sur lequel on voudra récupérer son argent. Une assurance-vie est donc tout à fait conseillée et complémentaire à vos placements retraite.

Pour plus de détails lire l’article PER ou assurance-vie, que choisir ?

Tu peux nous donner un exemple de simulation disons à partir de 30 ans ?

Avec plaisir mais surtout je vais te montrer deux exemples pour bien matérialiser la différence entre commencer à 35 ans ou à 45 ans.

Cas n°1 – Camille

Elle épargne de ses 35 ans à ses 44 ans 150€ par mois
Sans plus y toucher elle aura mis de côté au total 24 870€*
A 70 ans, elle aura plus de 144 000€.

Cas n°2 – Paul

Il met de côté 250€ par mois (donc 100e de plus que Camille) de ses 50 ans à ses 60 ans
Il aura mis de côté 27 000€* (donc plus que Camille)
Mais pourtant, il aura seulement 53 000€ à ses 70 ans alors que Camille en a 144 000€.

*estimation basée sur les performances passées qui ne présagent pas des performances futures.

L’intérêt courant sur l’épargne anticipée de Camille s’est multiplié de manière exponentielle et la différence est énorme pour un même comportement 15 ans plus tôt, en épargnant pourtant moins par mois.‍

C’est le principe des intérêts composés. Chaque année les nouveaux intérêts sont calculés sur l’argent déposé plus les intérêts des années précédentes. Plus on commence tôt et plus l’effet est multiplié. Sur un horizon long-terme tel que la retraite les différences sont énormes.

Regarder la vidéo, comment préparer sa retraite à 30 ans ?

 

Qu’est-ce qu’on risque exactement ?

Aujourd’hui le plan épargne retraite, comme l’assurance-vie, est un produit financier lié aux marchés. Il permet donc de faire fructifier son argent mais comporte aussi des risques. Il peut donc y avoir des fluctuations (comme en ce moment). Ce qu’il faut avoir en tête c’est que sur un horizon de temps long (retraite), historiquement l’activité est toujours à la hausse.

Mais il y a toujours un risque d’où l’importance de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Très concrètement cela va aussi dépendre de la nature de votre contrat. Chez Caravel par exemple nous proposons des options vous permettant d’avoir des garanties et de limiter le risque (même si l’on conseille de sécuriser lorsque l’on approche de la retraite et pas forcément trop tôt). On peut tout à fait réduire le risque lorsque l’on va avoir besoin de l’argent cotisé.

En résumé, il y a un risque (qui peut être plus ou moins important) mais qui est lissé dans le temps. Sur un horizon d’investissement de 20 ans (ou plus) on a moins de 0,1% de chances de perdre de l’argent.

 

Ce qui est chouette chez Caravel, c’est le fait de financer des projets à portée sociale et environnementale, peux-tu nous en dire plus ?

Oui complètement. Il était essentiel pour nous de construire un produit à impact positif. A quoi bon cotiser pour sa retraite si ce n’est pas vertueux ?

Nous avons donc un enjeu sociétal de protection des indépendants. Bien qu’ils soient de plus en plus nombreux, aucun service retraite n’est adapté à leur mode de vie : revenus fluctuants, conseils dédiés, service en ligne et accessible.
Et nous avons aussi un enjeu écologique majeur. A un niveau sociétal mais également en tant qu’acteur de la finance verte.

Notre épargne est notre premier poste de dépense de CO2. C’est pourquoi lorsque vous cotisez chez nous vous pouvez choisir les causes qui vous tiennent à cœur et vous avez une visibilité totale sur ce que finance votre argent.

 

Découvrez Caravel dès maintenant ! 

 

 

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *